Archives du mot-clé Histoire

Le japon des années 50

Photos de Michael Rogge, cinéaste hollandais. Les années d’après guerre ont été, on l’imagine, des années de grande austérité pour les japonais et aussi le début de l’occidentalisation poussée du pays (influence américaine), notamment dans les villes.

Les années d’après guerre – Michael Rogge

Heures sombres au Japon

12 mars 2011 : Le bilan déjà très lourd (1500 morts) du tremblement de terre d’hier risque d’être effroyable. Le Japon habitué aux activités sismiques était préparé à un tel séisme mais pas au tsunami qui a suivi. Aujourd’hui les japonais craignent un accident nucléaire majeur à la centrale de Fukushima où une explosion s’est produite, ce samedi.

Le tsunami après le séisme

Centrale nucléaire de Fukushima (actualisé le 13 avril 2011)

Séisme du 11 mars 2011

11 mars 2011 : Un violent séisme s’est produit à 6h46 ce matin (heure française). L’épicentre est situé en pleine mer, à quelque 130 km de côtes nord-est et de la préfecture de Miyagi, sur l’île de Honshu, à une profondeur d’une dizaine de kilomètres de profondeur. Un séisme d’une extrême violence, 8,9 degrés sur l’échelle ouverte de Richter, soit le tremblement de terre le plus violent de l’histoire du Japon. Premier bilan humain établi par les médias japonais : 32 morts et de nombreux blessés. « Les dégâts sont si énormes qu’il nous faut plus de temps pour regrouper les éléments », indique un responsable. Le gouvernement part sur l’hypothèse de « dégâts considérables« . Les autorités ont dépêché des avions de reconnaissance et des navires aux abords de la préfecture de Miyagi, la plus fortement touchée. Les télévisions montrent des vagues d’eaux boueuses qui emportent des voitures, des débris et des bateaux. A Kobé en 1986, un tremblement de terre avait causé la mort de quelque 5.500 personnes. Le pire séisme qu’ait connu le Japon avait fait 143.000 morts en 1923 à Kanto. (Source : france-info.com – 11 mars 2011 à 11h06)

http://www.youtube.com/watch?v=oQ2L5Fr0xw0


Séisme au Japon – 11 mars 2011

Yokohama, il y a 100 ans

Yokohama est une ville portuaire japonaise, capitale de la préfecture de Kanagawa. Avec plus de 3,5 millions d’habitants, c’est la deuxième ville du Japon derrière l’agglomération de Tokyo. Yokohama forme aujourd’hui, avec Kawasaki et Tokyo, la grande Région de Kanto la plus peuplée du monde. Son port international reste encore une de ses principales activités. Elle est aussi un important foyer d’industrie lourde (sidérurgie, construction automobile et navale). Yokohama a subi le grand Tremblement de terre de Kanto de 1923 qui a fait environ 30 000 morts. La ville a été détruite en 1945 par les raids américains de B-29 lors de grands bombardements causant plus de 8 000 morts.

Yokohama, il y a 100 ans

Le Zeppelin au Japon

En août 1929, le  Graf Zeppelin LZ 127 prend le départ d’une circumnavigation complète du globe. Le tour débute officiellement à Lakehurst (Etats-Unis). De là, le Graf Zeppelin vole vers Friedrichshafen d’abord, continuant vers Tokyo, Los Angeles et retour à Lakehurst. Le voyage dure 21 jours, 5 heures et 31 minutes. Le dirigeable avait voyagé sur 49 618 km.

Le Zeppelin au Japon – 1929

Tokyo, il y a 100 ans

En juillet 1868, suite à la «révolution Meiji », l’empereur Mutsuhito choisit Edo comme nouveau lieu de résidence et la ville est renommée Tokyo, « la capitale de l’est ». La ville de Tokyo a été durement éprouvée dans la première moitié du XXème siècle tout d’abord par un tremblement de terre en 1923 (faisant 142 807 morts et disparus) puis par les nombreux bombardements qu’elle a dû subir durant la Seconde Guerre mondiale (plus de 100 000 morts). Une grande partie de la ville fut détruite au cours de ces deux catastrophes, entraînant à chaque fois la nécessité d’importants travaux de reconstruction. Ceci explique que, tout en ayant conservé un certain nombre de monuments historiques anciens, l’essentiel de la ville a développé une architecture particulièrement moderne. Avec 35 millions d’habitants, l’agglomération de Tokyo forme l’aire urbaine la plus peuplée au monde.

Tokyo, il y a 100 ans

Himeji-jo

Himeji-jo est l’expression la plus parfaite de l’architecture de château du début du XVIIe siècle au Japon. Il comprend 83 bâtiments, avec des dispositifs de défense très élaborés et d’ingénieux systèmes de protection édifiés au début de la période du shogunat. C’est un chef-d’œuvre de construction en bois qui associe un véritable rôle fonctionnel à un grand attrait esthétique, par l’élégance de son aspect et ses murs de terre blanchis, et par la subtilité des relations entre les masses des bâtiments et les multiples plans de ses toits.

Himeji-jo

Les Aïnous

Les Aïnous (appelés aussi Utaris) sont un peuple premier du nord du Japon. Leurs ancêtres ont migré d’Asie centrale vers Hokkaïdo 1000 ans avant les peuples de Wa qui sont les ancêtres des Japonais actuels, arrivés par l’île de Honshū (vraisemblablement depuis la Corée). Morphologiquement, les Aïnous ne ressemblent pas aux Japonais. Ils sont plus grands, leur carrure et pilosité sont plus affirmées, leur peau est plus claire, leur visage moins lisse et leurs yeux ne sont pas bridés. Actuellement, à l’instar des Amérindiens, ceux qui n’ont pas été assimilés par la communauté japonaise se retrouvent confinés dans des réserves. Les Aïnous assimilés souffrent de la discrimination (près de la moitié d’entre-eux en ont souffert) et ils vivent dans des conditions inférieures à la moyenne japonaise. Ils font aussi moins d’études. Le 6 juin 2008, le Parlement japonais a reconnu l’existence du peuple indigène Aïnou et a promis d’améliorer ses conditions de vie. La résolution, votée à l’unanimité par les élus des partis au pouvoir et de l’opposition, affirme pour la première fois que les Aïnous « sont un peuple indigène avec sa propre langue, religion et culture ».

Le peuple des Aïnous