L’Aïkido

L’aïkido, discipline fondée au Japon dans la première moitié du XXème siècle par Maître Ueshiba, est un art martial et pacifique. Bien qu’il soit en effet une redoutable technique de combat, l’aïkido ne vise pas la destruction de l’autre mais tend au contraire à permettre aux pratiquants de se bâtir eux même, en prenant conscience de leurs capacités comme de leurs limites. L’attention que l’aïkidoka porte à son partenaire lui permet de développer sa perception intuitive de l’attaque et, sans jamais s’y opposer, il utilisera la force contenue dans cette attaque afin qu’elle se retourne contre l’attaquant lui même. En fait, dans l’esprit de l’aïkido, il n’y a pas de combat, puisque celui-ci se termine au moment même où il commence. Conformément à cette logique, il n’existe pas de compétition d’aïkido.
« Le but de l’Aïkido n’est pas de détruire l’autre, mais de se construire soi-même. »
O Sensei Morihei Ueshiba (fondateur de l’aïkido)
La pratique, qui outre le travail à main nues, comporte aussi un apprentissage des armes : sabre (Boken) , du bâton (Jo) et du couteau (Tanto), permet un excellent entretien physique, accroît les facultés d’adaptation en souplesse, développe une grande résistance au stress de la vie moderne. La compétitivité n’existe pas en aïkido : pas de course à la médaille, chacun travail à son rythme, selon ses capacités et sa volonté. Ce n’est donc en rien un art réservé aux jeunes surentraînés, et la progression de chacun n’est que le miroir de son investissement personnel.